La vie quotidienne peut parfois réserver de mauvaises surprises par le biais d’accidents contre lesquels il est bon d’être protégé. L’assureur indemnise alors la victime si le responsable de l’accident n’est pas clairement identifié ou s’il en est lui-même le responsable. Pour cause, ce ne sont pas moins 10 millions d’accidents domestiques qui surviennent en France dont 20.000 sont fatals. La plupart de ces accidents ne nécessitent que peu de soins lorsqu’il s’agit de brulure à l’eau bouillante ou d’une coupure avec un objet tranchant mais 4 millions de ces incidents nécessitent une hospitalisation d’urgence.

Les frais médicaux sont généralement pris en charge par la sécurité sociale mais en cas de séquelles physiques vous serez le seul responsable, ce qui peut vite devenir problématique en cas de handicap durable comme une paralysie, l’apparition de névralgies ou de simples difficultés à se déplacer au quotidien. Cette assurance peut également couvrir les accidents survenus dans le cadre de loisirs (sport ou voyage), les catastrophes naturelles (tempête, avalanche ou tremblement de terre) ou technologiques (effondrement d’un magasin ou d’un stockage de souterrain de produits dangereux ou un transport de matières dangereuses ayant occasionné des dommages à des biens immobiliers), les accidents médicaux ainsi que les agressions ou attentats.

Homme content grâce à son assurance

Il convient de choisir le contrat en fonction de votre situation familiale : l’assuré peut l’être à titre unique ou inclure ses enfants et la personne avec qui il vit en couple. Les contrats de ce type ont l’avantage d’être souples et de pouvoir s’adapter à chaque situation selon les besoins de chaque assuré. Il convient de relever trois éléments autour lesquelles ces situations s’articulent : le nombre de personnes consacrées par le contrat.

L’âge est également une donnée importante puisque comme dans de nombreux domaines il sera complexe d’assurer une personne de plus en plus âgée. Le second élément à prendre en compte est le plafond d’indemnisation : s’il est la plupart du temps d’un million d’euro par victime, il peut être revu à la hausse dans certaines conditions stipulées par le contrat. Le troisième élément à prendre en compte sera le seuil d’intervention de l’assureur, mesuré par le taux d’incapacité permanente partielle consécutif à un accident. Lors d’une blessure légère, aucune indemnité n’est possible, il faut qu’il y ait une séquelle de l’accident subi, autrement dit un handicap durable. Ce dernier sera mesuré par un médecin expert une fois que la blessure sera consolidée et que le corps médical déterminera que le handicap ne pourra plus évoluer.

En cas de blessure particulièrement grave ayant entrainé le décès de la victime, ce sont les ayants-droits qui seront en contrepartie indemnisés du préjudice financier et moral subi, après déduction pour le conjoint survivant d’une éventuelle pension de réversion. En ce qui concerne les enfants, le préjudice dépendra de leur âge et de celui de leurs parents. Calculé selon un barème, l’indemnisation varie selon l’identité de la victime et la nature du contrat. Les frais d’obsèques seront également remboursés sur facture. Par ailleurs, si une victime décède après un accident ayant entrainé une incapacité déjà couverte, seront déduites les indemnisations des ayants droits aux sommes déjà versées. En conséquence de quoi le cumul des indemnités versées à la victime puis aux ayants droits après son décès ne peut dépasser le plafond d’indemnisation prévu dans le contrat.

De l’importance de choisir son contrat : les accidents de la route sont généralement exclus de ce type d’assurance, tout comme les blessures dues à la pratique d’un sport dangereux, cette notion pouvant elle-même faire l’objet d’un débat. Enfin, sauf grande exception, les accidents survenant dans le cadre d’une activité professionnelle ou sur le trajet domicile travail relèvent de régimes spécifiques.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
Facebook
Facebook
Pinterest
Pinterest
Instagram